PaquetPLUS Blog

Asile colis, e-commerce, eBay et Amazon: l’équipe PaquetPLUS vous informe des nouveautés dans ces différents domaines et de son réseau de distribution par asilage.

Les 3 arguments massue en faveur de l’asile colis

En tant qu’e-commerçant ou que responsable marketing, vous avez peut-être déjà été confronté(e) à la question cruciale qui est: “Dois-je faire une campagne d’asile-colis? Certains me disent non, d’autres me disent oui…”. Cruel dilemme, d’autant plus que, devant la cohorte de prestataires, il n’est pas toujours facile d’y voir clair. En tous cas, voici 3 arguments massue qui permettent de répondre de façon claire à la question: dois-je faire de l’asile-colis?

Capitaine Caverne

1 - Oui, car parler de soi est toujours mieux que ne pas parler de soi.

C’est un premier point: si vous attendez que les autres parlent de vous, vous pouvez toujours attendre: cela viendra peut-être. Économisons un peu de temps: au risque de vous décevoir, cela ne fonctionne pas. Surtout si vous attendez qu’on parle de vous en bien. Prenez le taureau par les cornes et communiquez: certes, selon son secteur et sa clientèle-cible, certains canaux d’acquisition peuvent se révéler plus fructueux que d’autres. Tant que vous ne les aurez pas essayés, vous ne saurez pas. L’asilage présente l’avantage d’être facile à mettre en place pour des retours très honorables et un suivi facile.

2 - Oui, car mon concurrent en fait.

Il y a dans ce cas deux attitudes à adopter: copier le concurrent ou le prendre à contre-pied (en utilisant un autre canal). Cependant, je pars d’un principe simple: si votre concurrent vend plus que vous, cela ne côute rien de le copier en utilisant ses méthodes.Et si votre concurrent fait de la publicité dans des colis car il sait qu’il va avoir un bon taux de conversion, il vendra plus que vous. Et comme il n’y aura pas tout à coup deux fois plus de colis qui seront envoyés sur une période donnée, il vaut mieux prévoir à l’avance vos campagne et réserver le plus tôt possible vos colis. Car il est évident que votre publicité ne sera pas côte à côte avec celle de votre concurrent dans le même envoi. À ce sujet, reportez-vous à l’article suivant “Faire ou ne pas faire de l’asile colis“.

3 - Oui, car si l’asile colis ne fonctionnait pas, plus personne n’en ferait.

Et voilà. Il fallait peut-être simplement le dire, comme ça c’est plus clair. Regardez les media et les technologies qui ont vécu, je vais prendre deux exemples extrêmes qui ont l’avantage d’être parlants:

- le pneumatique? C’était sympa mais ça nécessitait un entretien monstrueux, en plus d’avoir un système sous pression tout le temps et la pompe qui va avec.

- Le télégramme? Trop de papier, trop de gens (un pour écrire en morse d’un côté, un pour le déchiffrer de l’autre): le système a été abandonné et je crois que - personnellement - j’ai écrit mon seul télégramme en 1996 avant que le service ne disparaisse complètement.

Mais soyons francs: quand arrêtera-t-on d’envoyer des colis? Quand les vendeurs n’inséreront plus d’informations telles que la facture ou encore une lettre de remerciement pour l’achat? Aujourd’hui, les plus gros donneurs d’ordres, toutes catégories de clientèle-cible confondues, font de la publicité par asilage: des opérateurs de téléphonie en ligne jusqu’aux voyagistes, en passant par les boutiques de mode.

Enfin, avant de se dire que l’asile colis ne fonctionne pas, il est aussi bon de se remettre en question: le message envoyé aux prospects était-il le bon? L’image que nous avons véhiculée était-elle pertinente? L’offre était-elle intéressante?

Et vous, c’est pour quand votre première campagne?

M.T.

Tags: , , , , , , ,

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.