PaquetPLUS Blog

Asile colis, e-commerce, eBay et Amazon: l’équipe PaquetPLUS vous informe des nouveautés dans ces différents domaines et de son réseau de distribution par asilage.

Posts Tagged ‘acquisition’

Notre partenaire du mois : Goyavi

Wednesday, December 17th, 2014

Impression

Bonjour Cécile. Aujourd’hui vous allez nous parler de ce site génial que vous avez monté en collaboration avec Bertrand et Alain. Pouvez-vous nous raconter l’histoire de Goyavi et nous en dire plus sur votre concept ?

Bonjour Pauline… et merci pour le « site génial ».

Le métier de Goyavi, c’est d’apporter plus de bien-être dans la vie de chacun, que ce soit dans sa vie personnelle ou professionnelle.

Concrètement, Goyavi se décline en deux pôles d’activité :

Tout d’abord, Goyavi.com, une boutique bien-être en ligne pour la maison, le corps et l’esprit, dont le but premier est d’améliorer la qualité de vie de chacun en proposant des solutions pour se sentir bien dans son corps, bien dans sa tête et bien chez soi. Vous y trouverez des produits de déco zen, santé naturelle et de développement personnel, pour tous ceux qui sont en quête de sens et à la recherche d’un meilleur équilibre intérieur.

Mais la petite particularité du site (qui est une place de marché), c’est que nous y avons intégré un réseau social, le but étant de remettre l’Homme au cœur du système et de créer un commerce en ligne plus humain. Nous mettons donc l’accent sur le relationnel et facilitons l’échange direct de client à client. Les auteurs qui partagent des avis sur les produits sont également identifiés grâce à leur profil. Cette personne connaît un produit qui vous intéresse ? Demandez-lui conseil directement, en toute liberté et transparence !

Cette particularité nous a valu fin 2011 le 1er prix de création d’entreprise innovante Idenergie, organisé par la région Mayenne en Pays de Loire où se trouve notre siège social.

Le deuxième pôle d’activité, plus récent, est une offre bien-être au travail. Elle s’adresse aux entreprises pour les accompagner sur la question du bien-être de leurs collaborateurs, celui-ci étant directement relié à leur efficacité professionnelle, leur motivation et leur engagement. Dans ce cadre, nous avons un rôle de conseiller expert. Nous proposons un outil de diagnostic qui nous permet d’identifier les leviers d’actions. Nous pouvons ensuite accompagner l’entreprise sur tout ou partie de la mise en place de ces actions, que ce soit directement ou via notre réseau de partenaires.

Quelle valeur ajoutée voulez-vous apporter à votre clientèle par rapport aux autres boutiques d’objets « Zen » ?

Les produits vendus sur le site sont sélectionnés grâce à un comité de sélection. Notre critère clé : la qualité ! Mais nous intégrons également une composante qui pourrait sembler inhabituelle : les qualités de cœur des vendeurs qui proposent leurs produits sur Goyavi. Autrement dit, nous veillons à la bienveillance et la démarche sincère des professionnels avec lesquels nous travaillons : ils sont dans une démarche de service et d’entraide plus que commerciale. Nous tenons à garder une relation humaine avec eux.

Je ne suis malheureusement pas certaine que beaucoup d’entreprises intègrent ces valeurs dans leur grille de sélection.

Lorsque nous en avons la possibilité, nous choisissons naturellement le produit derrière lequel se cache un vrai savoir-faire et une expertise, une volonté réelle de changer les choses. Comme je l’ai mentionné plus tôt, notre volonté est de remettre l’humain au cœur du système, de faire preuve d’attention, de donner un « petit plus ».

Ce petit plus se retrouve aussi sur notre blog à forte dimension conseils : l’ensemble de nos billets vise à informer aux mieux nos acheteurs. Nous écrivons des articles détaillés ; par exemple « comment bien choisir son coussin de méditation » en fonction de sa morphologie ou de son usage, quel garnissage préférer à tel autre, etc.  Parfois ce sont nos clients qui témoignent sur le blog, comme c’est le cas de Fabrice Y. qui a partagé son retour d’expérience sur l’activateur d’eau à Vortex dont il avait fait l’acquisition sur Goyavi. Il est très intéressant d’obtenir ce genre de témoignage afin d’aiguiller au mieux toutes les personnes qui souhaiteraient acheter un tel produit mais qui ne trouvent pas forcément les réponses à leurs questions.

Dans le même esprit, nous encourageons vivement la relation client/acheteur et aidons au mieux nos clients dans leur processus de décision d’achat.

Goyavi cherche à faciliter les échanges entre acheteurs, futurs acheteurs et vendeurs.

Pourquoi avoir choisi de vous lancer dans le e-commerce ? Quels sont pour vous les avantages et les inconvénients de la vente en ligne ?

Bertrand et moi sommes tous deux issus du web : lui en tant que développeur et moi en tant que conceptrice de sites et créatrice de contenus. Nous intervenions comme prestataires auprès d’entreprises et de grands groupes. Goyavi est donc la suite logique de nos précédentes expériences.

Nous avions envie de relever le pari d’un commerce en ligne plus humain et de voir si les usages pouvaient s’en retrouver modifiés. Le secteur du bien-être, dans lequel j’ai beaucoup travaillé et dont Alain notre 3e associé est un expert, était le secteur idéal pour cela car on y trouve un fort besoin d’échanges et de conseils.

En ce qui concerne les avantages du commerce en ligne, il me semble que le principal est de pouvoir toucher tout le monde, quel que soit l’heure ou le lieu où vous vous trouvez. C’est un marché beaucoup plus vaste qu’une boutique implantée localement. Le web permet également de proposer plus facilement un large catalogue avec des produits de niche : il n’y a pas de contrainte d’espace physique.

Le revers de la médaille, c’est que la concurrence y est plus grande, avec tout l’enjeu de la visibilité, de l’offre tarifaire et des marges que cela représente. Autre inconvénient : les clients ne peuvent pas toucher, sentir ou tester les produits avant de les acheter. C’est un vrai frein pour certains types de produits comme les encens ou les minéraux dans notre cas.

goyavi_012

goyavi_021
Quel conseil pourriez-vous donner à un novice qui souhaiterait se lancer dans la vente en ligne ?

Bien travailler le catalogue en amont me parait être indispensable : étudier les prix, les marges, trouver les produits qui sortent de l’ordinaire et qui restent disponibles à des prix attractifs.

Notre métier initial étant le web et Goyavi une place de marché, notre premier réflexe a été de commencer par la conception du site et du mode de fonctionnement avec nos vendeurs. Mais dans e-commerce, il y a « commerce » et nous avons très vite compris que sans un bon catalogue, un site marchand aussi esthétique et fonctionnel soit-il n’est rien. Depuis, nous travaillons chaque jour à améliorer toujours plus le catalogue.

Merci Cécile,et à bientôt sur www.paquetplus.fr ;)

P.D.M

100.000.000 !

Friday, November 28th, 2014

Chez PaquetPLUS, nous n’avons pas peur des gros chiffres. 100 millions, c’est le nombre d’encarts que nous avons relayés entre Janvier et Novembre 2014, en France, Angleterre et Allemagne.

A cette occasion, un communiqué de presse est paru, donc voici les grandes lignes. La parution originale étant en Allemand, nous l’avons donc traduite pour vous.

Avant toute chose, Toute l’équipe de PaquetPLUS se mobilise pour remercier ses distributeurs sans qui tout cela ne serait pas possible.

Si vous aussi vous souhaitez faire partie de l’aventure PaquetPLUS et rentabiliser vos envois, inscrivez-vous sur la plateforme en ligne et rejoignez dès maintenant, sans frais et sans engagement, le plus gros réseau e-commerçants européen d’asile colis.

Sans plus attendre, voici un extrait du communiqué de presse paru aujourd’hui :

Berlin, 27 Novembre 2014 - PaquetPLUS (http://www.paquetplus.fr/ ou paketplus.de pour la version allemande), le premier réseau européen d’asile colis e-commerçant, majoritairement détenu par la société BurdaDirect, a réalisé un nouveau record : La société comptabilise cette année plus de 100 millions de coupons expédiés. Au cours des derniers mois, chaque ménage allemand a été atteint deux fois en moyenne. Depuis son lancement en Janvier 2009, un total de 350 millions de coupons a été expédié et la société a reversé plus de 15 millions d’euros à ses partenaires distributeurs en Allemagne, en France et au Royaume-Uni.

Le PDG Bastian Mell s’attend à une croissance accélérée dans les années à venir: “Le nombre de commandes sur les sites de e-commerce croit continuellement, augmentant ainsi les volumes de colis de e-commerçants disponibles”. Monsieur Mell y voit aussi un grand avantage pour la publicité numérique : “Les pubs en ligne sont très versatiles, souvent, elles ne sont pas perçues comme sérieuses et les utilisateurs les ferment directement”.  C’est l’effet du cross-média qui fait la différence: Avec des encarts insérés dans des paquets issus d’une commande en ligne, vous atteignez un acheteur en ligne actif tout en restant sur un support papier et donc hors ligne.  Ces offres, qui sont portées par un support papier, seront pourtant utilisées exclusivement en ligne.

PaquetPLUS combine les capacités d’envoi des petites, moyennes et grandes boutiques en ligne ainsi que des vendeurs professionnels sur les marchés en ligne comme eBay ou Amazon. Les annonceurs peuvent profiter de  campagnes très ciblées en fonction de leur clientèle-cible, avec des critères très précis tout en atteignant uniquement des cyberacheteurs. Ces derniers profitent donc d’offres proposées par les annonceurs grâce aux achats qu’ils ont effectués sur la boutique en ligne de celui qui a inséré l’offre dans le colis. Les vendeurs en lignent peuvent ainsi également rentabiliser leurs envois et couvrir leurs coûts logistique, grâce à la rémunération proposée par PaquetPLUS pour l’envoi d’encarts.

Le réseau d’asile colis PaquetPLUS a été fondé en 2009 par deux anciens employés d’eBay, le Dr Alexander Schwinn et Bastian Mell. Quelques mois après la création de l’entreprise, celle-ci comptabilisait déjà pas moins de quelques 100 partenaires distributeurs. Depuis, l’entreprise a élargi son réseau de partenaires de façon constante. PaquetPLUS, c’est désormais plus de 6000 partenaires distributeurs. Avec l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France, le réseau est également présent sur les  trois plus gros marchés européens en e-commerce. Mais les possibilités s’étendraient au-delà de l’insertion d’encarts dans les colis. Bastian Mell le fondateur explique que « Dans sa fonction primaire, PaquetPLUS agit comme un agrégateur d’e-commerce. Cette fonction première permet bien-sûr de relayer des encarts, mais elle pourrait aussi être à l’origine d’autres services pour les vendeurs en ligne. Dès début 2015, nous prévoyons d’étendre notre réseau en proposant d’autres offres ».

Et vous, qu’attendez-vous pour faire partie de la grande aventure PaquetPLUS?

à bientôt sur le blog ;)

P.D.M

De l’art d’échantillonner

Friday, March 14th, 2014

L’échantillon, ce générateur d’émotions, est de plus en plus prisé par les publicitaires qui s’accordent à dire qu’il est le promoteur d’une relation privilégiée entre une marque et son consommateur.

Aujourd’hui, 76% des français affirment que l’échantillon donne envie d’acheter le produit de la marque dont il provient. L’échantillon, qu’il soit de shampoing ou de café, offre une expérience tactile et visuelle plus poussée que n’importe quel autre support. Votre client perçoit l’échantillon comme un cadeau, une surprise inattendue, l’impact est énorme, et les taux de transformation s’envolent. La gratuité est également un facteur déterminant dans ce média : 97% des Français apprécient la possibilité d’essayer un nouveau produit, pourvu qu’il soit gratuit.

Pourquoi devrais-je me lancer dans l’asile-colis d’échantillonnage ?

· Échantillon rime avec fidélisation : 76% des sondés s’accordent à dire que les échantillons donnent envie d’acheter le produit, la marque.

· Échantillon rime également avec viralisation : 73% ont déjà recommandé un produit ou une marque après l’avoir testé.

· L’échantillon fait changer les opinions : 76% des français interrogés ont changé d’opinion sur un produit ou une marque après avoir testé un échantillon.

· L’échantillon attire l’attention : 84% estiment que les échantillons gratuits accompagnés d’un bon de réduction attirent plus l’attention.

Les bonnes pratiques en échantillonnage

goodpractice

Grâce au ciblage PaquetPLUS, vous pouvez atteindre vos prospects facilement à travers des colis qui leurs sont destinés et leur offrir un premier contact privilégié avec votre produit et/ou votre marque.

Que vous souhaitiez proposer un nouveau démaquillant à des femmes de 35 ans vivant en région parisienne, de nouveaux produits à des hommes qui pêchent volontiers, ou encore faire parler de votre nouvelle crème solaire avant l’été auprès de familles françaises, nous relayons ce support pour vous !

Nos clients en échantillonnage :

Knorr (marmite de bouillon), L’oréal Men Expert (Crème visage Hydra Energy), Lacoshop (Lingette lustrante), Jacob’s (Dosettes de café), Soxx Plus (Chaussettes de confort) et bien d’autres…

L’échantillon L’Oréal Men Expert Par PaquetPLUS

Échantillon L'Oreal men expert

Alors pourquoi ne pas tester l’envoi de vos échantillons via notre réseau de distribution e-commerçant ciblé ? Valorisez votre produit, offrez une expérience d’achat positive à vos prospects dans un moment privilégié et gagnez sur toute la ligne!

A bientôt sur paquetplus.fr !

P.D.M


Selon une étude réalisée par Widiz et Mediaprism

Acquisition de nouveaux clients B2B: Conrad recommande PaquetPLUS

Monday, March 25th, 2013

Conrad utilise PaquetPLUS pour ses campagnes d’acquisition de clients professionnels B2B sur leur site www.conradpro.fr. Émilie Dagicour, responsable marketing direct et marque pour Conrad (vente en ligne de produits électroniques et techniques) nous fait le plaisir de nous livrer aujourd’hui son retour sur l’utilisation de l’asile colis comme canal d’acquisition complémentaire.


Logo ConradPaquetPLUS: Bonjour Émilie, Comment avez-vous connu PaquetPLUS ?

Émilie: Nous avons connu PaquetPLUS en effectuant une recherche de prestataire en ligne.


Qu’est-ce qui vous a tenté chez PaquetPLUS ?

Plusieurs raisons nous ont donné envie de tester les services de PaquetPLUS:

- l’existence d’une offre B2B, marché sur lequel nous sommes constamment à la recherche de nouveaux leviers de prospection,

- le format flyer qui offre davantage de visibilité à notre enseigne qu’un chéquier,

- et la simplicité de mise en oeuvre.

Que vous a apporté concrètement votre campagne d’asile colis chez PaquetPLUS ?

Cette campagne d’asile colis a été rentable et nous a permis de toucher de nouveaux clients: sur la totalité des commandes passées, 37% provenaient de nouveaux clients.

À quelle fréquence comptez-vous utiliser les services de PaquetPLUS ?

Nous envisageons de renouveler ce type d’opération régulièrement, comme levier de prospection complémentaire à nos sources habituelles.


Logo Conrad


Merci Émilie, et à bientôt sur le blog PaquetPLUS.fr! ;)

M.T.

En asile colis comme en AdWords

Tuesday, November 20th, 2012

L’asile colis existe depuis longtemps. Plus longtemps qu’AdWords.  en France, on aime bien être cartésien et on aime séparer les choses: on laisse online ce qui est online et offline ce qui est offline. Laissez-moi vous prouver, une fois encore, que la prospection par asile colis peut vous offrir bien plus, à condition de savoir le manier.

Certes, le multicanal est sur toutes les bouches. Dans toutes les têtes. Mais bizarrement, pas encore dans tous les portefeuilles ni sur tous les plans d’action marketing. Je m’explique: il n’est pas rare de voir des entreprises de vente en ligne dépenser des 10 000 à 30 000 EUR par mois pour des campagnes AdWords et - en parallèle - se désoler que le taux de fidélisation de leur clientèle n’excède pas les 10%.

Multi_direction

Petite anecdote: j’ai eu la chance d’assister à une conférence animée par Ricardo Catalano de 1000mercis dans laquelle il expliquait les différentes ficelles pour acquérir et fidéliser une clientèle, avec des exemples issus aussi bien des télécoms que de la beauté/mode et détailler l’utilisation de nombreux media, depuis les réseaux sociaux jusqu’aux campagnes d’affichage. Pourquoi la clientèle n’est-elle pas plus fidèle que cela finalement? Parce que les campagnes AdWords ne fidélisent pas les clients: elles les attrapent au dernier moment, quand l’achat va avoir lieu.

Multicanal donc. Ce qui suppose que nous utilisions AdWords (si tant est que ce soit un canal intéressant pour le produit*) et au moins un autre canal… Affiliation ou E-mailing? Oui, mais on reste en ligne. Que faire de tous ces acheteurs potentiels qui ne passent pas leur temps en ligne et qui sont autant de clients en devenir? Comment leur parler? Nous pouvons compléter par une campagne Print (magazine, PQR, PQN par exemple), affichage ou radio/TV. Et puis, si nous voulons rester humains, une campagne d’encarts envoyés par asile colis reste encore un moyen d’atteindre à coup sûr une clientèle cible avec de faibles coûts.

Donc je résume: nous sommes ok pour le multicanal. Mais chat échaudé craint l’eau froide: Si la campagne multicanal ne marche pas du premier coup et n’apporte pas les résultats espérés, on arrête tout et on se concentre sur AdWords, car c’est bien connu: AdWords ça marche. Mais combien de campagnes AdWords avons-nous auparavant lancées avant de trouver la formule qui marche?

Si nous raisonnions en Asile Colis comme en AdWords - ce que plus de responsables marketing devraient faire - nous ferions la chose suivante: une première campagne à faible nombre sur une cible précise et avec un type de communication précis. Et puis on change, pour améliorer: on fait 2 campagnes en parallèle avec deux messages différents et on mesure les remontées afin de voir laquelle des deux a les meilleurs retours. Et ainsi de suite: à faire régulièrement des campagnes d’asilage ou d’encartage, on voit très bien au bout d’un certain nombre de mois quelle campagne fonctionne le mieux et pour quelle cible. Surtout quand on voit l’augmentation constante du nombre de paquets envoyés**, cela permet de faire des campagnes test rapidement.

Expérience chimie

Quand j’étudiais la chimie, on apprenait la méthode du simplex pour avoir le rendement maximum d’une expérience: à chaque protocole, on modifiait un seul élément (température, pression, quantité de produit, solvant, etc.). Pourquoi se priver de faire ce type d’action en matière de marketing offline?

À vous de me le dire ;)

M.T.

- - -

* à ce sujet, un article de dekagone.com http://dekagone.com/blog/google-adwords-ne-convient-pas-a-toutes-les-entreprises/

** http://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/e-commerce-q3-2012-fevad/

L’inexorable ascension de l’asile colis: offline vs. online en 5 points

Wednesday, August 22nd, 2012

Certains vendeurs se laissent tenter par l’asile colis et font volontiers réaliser des campagnes. D’autres vendeurs sont plus sceptiques et m’avouent au téléphone: “je n’y crois pas”. Mais que font-ils alors comme actions marketing? Ils me répondent de façon quasi unanime: “uniquement online”. Ce billet leur est dédié, afin de montrer comment et pourquoi faire du offline est toujours bon.

1)Législation sur les campagnes en ligne (essentiellement e-mailing): l’étau se resserre

Le Législateur tend à endiguer les possibilités de suivre à la trace les clients sur internet et d’encadrer si bien l’e-mailing que celui-ci sera bientôt relégué dans les mêmes armoires que le minitel.

Avant que le législateur interdise d’envoyer des colis, j’aurai depuis longtemps arrêté d’écrire des billets d’humeur.

2)Le e-commerce est toujours en croissance: toujours plus de colis sont envoyés

J’en veux pour preuve cet article encore aujourd’hui du journaldunet: croissance de 20% du e-commerce en France sur le premier trimestre 2012. Avec une baisse du panier moyen. Ce qui veut dire?

Tout simplement que de plus en plus de colis sont envoyés.

seul a seul

3)L’asile colis est un moyen de communiquer SEUL À SEUL avec un client éventuel

Vous voyez ça online, en AdWords comme en affiliation? Moi j’ai du mal, entre tous les concurrents qui se battent à coups d’avis clients. Je vous ramène de nouveau à notre référence client logitravel.fr.

4)L’incidence sur le processus d’achat n’est pas la même

Si la présence online est furtive et avec un taux de transformation faible, l’acheteur potentiel a besoin d’être devant son écran pour vous voir. Avec l’asilage, il a juste besoin de commander en ligne pour vous retrouver dans les colis commandés.

Ce qui veut dire:

- qu’il est acheteur actif en ligne

- qu’il est beaucoup plus réceptif à votre message que lorsque vous le diffusez en ligne.

5)Enfin, pour parler bassement technique:

Pour être présent online, il faut: un bon message, un outil (AdWords ou plateforme d’affiliation) en état de marche, un prospect réceptif avec le bon navigateur et le bon plug-in qui affiche les publicités, en plus il faut tracer le prospect avec des cookies, et au bout du compte on paye 4 entremetteurs, de la plateforme d’affiliation au site de codes promos. Ajoutez à cela qu’il faut aussi de l’électricité.

Pour l’asile colis, il vous faut juste: un flyer, catalogue ou échantillon, un expéditeur, un livreur.

Curieusement, ça semble beaucoup moins automatisé et beaucoup plus humain.

Alors, bien évidemment, une présence online est nécessaire. Mais dans quelles proportions? Certes, j’entends de nombreux e-commerçants me dire “l’asile colis, si ça marchait, ça se saurait!”. Je les invite à se pencher sur notre référence client Logitravel.fr (voir mon billet précédent). Et puis aussi à en discuter avec les grands acteurs de la VAD comme La Redoute, les 3 Suisses ou encore Yves Rocher, qui font de l’asile colis depuis des années et connaissent sur le bout des doigts le coût d’acquisition d’un client et de sa fidélisation.

Mais peut-être que ces mêmes e-commerçants ne seront pas là assez longtemps pour en discuter avec eux. Je leur souhaite en tout cas une très bonne journée  et reste à leur disposition pour une campagne prochaine! ;)

M.T.